Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/204

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
198
un monde

avait dû le familiariser avec toutes les ruses des monteros (voleurs de grandes routes), sa réputation comme homme de tête et de cœur s’était tellement répandue à cette époque que les voleurs ne songeaient plus à l’inquiéter ; on le laissait passer sans encombre.

— Qu’avez-vous à nous conter de nouveau, mon cher Lefèvre ? lui demanda monsieur L…

— Ma foi, rien.

— Comment rien, s’écria l’aubergiste français ; eh bien ! et cette aventure qui vous est arrivée hier au soir ?

— Voyons, Lefèvre, exécutez-vous de bonne grâce, ou sans cela nous refuserons de déjeûner avec vous.

— Mon Dieu ! c’est si ordinaire…

— Dites toujours.

— Je revenais donc hier, vers minuit, de