Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/309

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
303
inconnu

— Probablement avec une intention agréable en réserve, car je vous connais.

— Je ne m’en défendrai pas. Voici que qui m’arrive… Mais, à propos, connaissez-vous mon Tordillo ?

— Très bien. C’est un vieux cheval rétif que vous gardez en considération de ses anciens services.

— C’est cela même. Figurez-vous donc qu’il y a quelques jours, la fantaisie me prit de sortir avec ce vieux camarade. J’ordonnai à un domestique de le seller, ce qui étonna également mon domestique et mon cheval, et je me rendis à l’Alameda.

Rappelé à ses anciens souvenirs par la foule et par le bruit, mon respectable Tordillo ne tarda pas à oublier sa vieillesse, et se mit à coqueter à l’andalouse, piaffant, bondissant, se cabrant presque, je le crois.