Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/336

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
330
un monde inconnu

jouaient chaumière contre chaumière, — les autres, des étrangers, de l’or, — et les malheureux, leurs chevaux, et jusqu’à leurs vêtements.

La distance à parcourir était de deux lieues, et je fus vainqueur d’une tête de cheval.

Le soir, de ce jour mémorable, ajouta tristement Escondrillo, mon rival brûla la cervelle à son cheval, et se pendit lui-même avec son lazo… il ne voulait point survivre, écrivait-il, à son déshonneur.

Après nous avoir fait ce récit, Escondrillo ne recouvra plus sa belle humeur, et finit après quelques minutes par demander la permission de se retirer.


fin du premier volume.