Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
45
inconnu

que je l’appris plus tard, un de ces individus qui appartiennent à la grande famille des aventuriers, êtres bizarres, inexplicables, sans antécédents connus, vivant la plupart du temps de ressources que l’on ne peut deviner, cosmopolites qui ont tout vu, tout éprouvé, que rien n’étonne, soit en bien, soit en mal, et qui disparaissent un beau jour, ainsi qu’ils sont venus, subitement, sans qu’on sache où ils portent leurs pas. Nul pays ne possède en aussi grand nombre que le Mexique, de ces existences extraordinaires qui semblent tenir de celle d’Ashavérus, et qui ont donné cours en Europe à la fable des oncles d’Amérique.

Au souper, nous trouvâmes quelques autres voyageurs anglais et allemands et nous fîmes table commune avec eux. Celui de tous les convives qui semblait vouloir