Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/64

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
58
un monde

n’eut du moins rien de bien flatteur pour sa moralité.

L’assemblée remit, sans plus tarder, l’accomplissement de ce projet au jour suivant, et en confia l’exécution à un moine connu par son exaltation froide et féroce. Ce moine, dont j’ai oublié le nom, mais qu’il vous sera très facile de connaître en vous adressant à la légation française à Mexico, retraça en chaire, le lendemain, devant un nombreux auditoire, toutes les dévastations causées par le choléra depuis son apparition à Puabla ; puis, se prétendant inspiré, il déclara que si toutes les processions faites jusqu’à ce jour étaient restées sans succès, c’est que le ciel punissait ainsi les Poblanos pour avoir permis à des Juifs de s’établir parmi eux. C’était désigner la famille Godard. Un cri de mort s’éleva aussitôt dans toute l’é-