Page:Duplessis - Un monde inconnu, Tome 1, 1855.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
82
un monde

rien à craindre, je vais vous parler à cœur ouvert. Et en effet, je lui racontai en entier l’histoire des Leperos et des quinze piastres exigées pour ma rançon. Ce dénoûment fit sourire mon hôte.

— Allons, dit-il, j’avais mal jugé ce colonel, il est plus voleur qu’il n’est méchant ; dans sa position, et avec un grade pareil au sien, c’est déjà presque une vertu de sa part que de garder un vice incomplet : je serai franc avec vous, monsieur, à mon tour, et je vous avouerai que lorsque je vous entendis le plaisanter pendant le souper, j’ai craint un moment que vous n’eussiez à vous en repentir plus tard : le sourire gracieux par lequel il répondit à vos plaisanteries me confirma dans cette idée, et j’essayai alors, comme il doit vous