Page:Durkheim - Qui a voulu la guerre ?.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


cises envers les parties en présence lui permettait d’apprécier la situation avec une parfaite impartialité. Il ne méconnaissait aucunement que l’Autriche pût avoir contre la Serbie de sérieux griefs[1] ; il allait même jusqu’à dire que celle-ci avait besoin de recevoir une leçon. Mais il estimait que, sous prétexte d’humilier la Serbie, il ne fallait pas poursuivre une humiliation de la Russie[2]. La réponse serbe lui paraissait donner satisfaction à l’Autriche au delà de ce qu’on pouvait espérer ; il y voyait, tout au moins, une base de discussion et de réflexion[3].

Sur tous ces points, l’entente était facile avec la Russie. Elle aussi reconnaissait que les motifs qui avaient déterminé l’Autriche se comprenaient parfaitement, que « certaines de ses demandes étaient assez raisonnables », mais qu’il y en avait d’autres qui étaient inexécutables, au moins immédiatement ; ce sont celles qui supposaient un remaniement des lois sur la presse et sur les associations. Il y en avait aussi d’incompatibles avec la dignité de la Serbie comme État indépendant[4]. « Si, disait M. Sazonoff à l’ambassadeur autrichien, vous n’avez poursuivi d’autre but que de protéger votre territoire contre les menées des anarchistes serbes », vos intentions sont légitimes ; « mais le procédé auquel vous avez eu recours est indéfendable. Reprenez votre ultimatum, concluait-il, modifiez-en la forme et je vous garantis le résultat »[5]. En définitive, tout ce qu’il demandait, c’est « que l’intégrité territoriale de la Serbie fût garantie et que ses droits d’État souverain fussent respectés, de manière à ce quelle ne devînt pas tributaire de l’Autriche. » Dans ces conditions, il se déclarait prêt à « employer toute son influence à Belgrade pour que le Gouvernement serbe allât le plus loin possible dans la voie de la conciliation »[6].

Deux moyens furent essayés pour arriver à ce résultat.

Reprenant, mais avec des précisions nouvelles, une idée qu’il avait exprimée dès le premier abord, Sir Ed. Grey

  1. Cor. B., n° 5.
  2. Cor. B., n° 90.
  3. Cor. B., n° 46.
  4. L. O., n° 25.
  5. L. J., n° 54.
  6. Cor. B., n° 55.