Page:Durkheim - Qui a voulu la guerre ?.djvu/46

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


entre les paroles et les actes du Gouvernement allemand. Aussi peut-on se demander si ses paroles n’étaient pas destinées à couvrir ses actes et à faire croire que les mesures prises ou préparées à ce moment par l’Allemagne lui étaient arrachées par la malignité de ses adversaires, en dépit d’elle-même et des sentiments pacifiques qu’elle affirmait verbalement.