Page:Durkheim - Qui a voulu la guerre ?.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


souvent, les événements ne sont pas datés, et l’ordre dans lequel ils sont disposés n’a rien de chronologique ; de tout cela résulte une confusion qui ne rend pas le contrôle facile. Mais en somme, si ces erreurs et ces inexactitudes n’indiquent qu’un souci médiocre de la vérité, elles ne sont pas essentielles. Seulement, si les faits ne sont pas outrageusement altérés, tous ceux qui démentent la thèse allemande sont soigneusement passés sous silence, ou bien ils tiennent si peu de place dans le récit que l’on peut à peine les remarquer au passage. Pour s’en assurer, il suffit de se reporter aux notes que nous avons mises au bas des pages qui précèdent : nous y avons signalé ces oublis trop habiles. Nous savons à combien de tentatives de conciliation l’Allemagne a refusé de prêter son concours : or, dans le Livre Blanc, une seule pièce se rapporte à un refus de ce genre (n° 12). Le lecteur qui n’aurait pas d’autre source d’informations ignorerait la démarche faite par la Russie, l’Angleterre et la France pour obtenir une prorogation de l’ultimatum autrichien, et le projet de pourparlers directs entre Vienne et Saint-Pétersbourg[1]. Quelques lignes à peine sont consacrées à la proposition d’une conférence à quatre qui a tant occupé les chancelleries. Rien n’est dit ni des efforts faits pour obtenir de l’Allemagne qu’elle précisât comment elle entendait la médiation des Puissances, ni du premier ultimatum allemand, ni de la mobilisation générale autrichienne et de son antériorité par rapport à celle de Russie, ni de la transaction finalement acceptée par l’Autriche et repoussée par la seule Allemagne. Seuls, deux groupes de faits sont retenus et exposés avec détails : d’abord, quelques pièces où le gouvernement allemand exprime, en termes très généraux, son désir de maintenir la paix ; ensuite, tout ce qui se rapporte aux préparatifs militaires de la France et de la Russie, et surtout à la mobilisation générale de cette der-

  1. Dans le recueil de pièces, il y a deux lignes sur cette question (n° 15).