Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



MONTHABOR, vivement.

Ah ! mon lieutenant… si vous saviez…


ROBERT, étonné.

Quoi donc ?


MONTHABOR, regardant la duchesse qui a mis vivement un doigt sur sa bouche.

Non… rien… Madame la duchesse, je vous présente M. Robert, mon lieutenant, un lapin qui n’a pas froid aux yeux…


LA DUCHESSE, saluant légèrement.

Monsieur !


ROBERT, s’inclinant.

Madame !


GRIOLET, à part.

Eh bien ! et moi ?… il ne me présente pas…


LE DUC, entrant vivement.

Ah ! duchesse, je vous cherche de tous les côtés… on s’étonne de votre absence… (Regardant les soldats.) Oh ! oh ! encore ces gens !


ROBERT, à Monthabor.

Evitons de nouvelles insolences et débarrassons le plancher…

Il va pour sortir.


GRIOLET, le suivant.

Oui… et vivement…


MONTHABOR, les retenant.

Du tout… restez donc… (Regardant le duc.) Ah ! tu as été grossier avec nous, toi !… Je vas te repiger…


LE DUC.

On vous a indiqué votre chambre… il me semble que vous n’avez rien à faire ici…