Page:Duru et Chivot - La Fille du tambour-major.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



ROBERT, à Monthabor.

Tu entends… allons ! du leste !…

Il veut sortir.


MONTHABOR, le retenant.

Mais restez donc… et attendez un peu… vous allez voir… (Au duc.) Pardon, mon cher… pardon, mon très cher…


LE DUC.

Hein ?


MONTHABOR, prenant des airs dégagés.

Je causais avec madame la duchesse…


LE DUC, ricanant.

Vous causiez…


MONTHABOR.

Amicalement… C’est une très brave femme… Je lui disais qu’on nous avait colloqués dans les mansardes… et elle me répondait : C’est impossible, mon mari a manqué de tact… J’entends que vous soyez logés au premier étage, dans une des plus belles chambres de l’hôtel…


ROBERT, surpris, à Griolet.

Qu’est-ce qu’il chante ?


LE DUC, étonné, à sa femme.

Vous avez dit cela ?


MONTHABOR.

Certainement… n’est-ce pas, madame ?… (Bas et vivement.) Pas vrai, Margot ?


LA DUCHESSE, vivement.

Oui, oui… Nous devons recevoir de notre mieux, ces braves militaires…


ROBERT, étonné.

Hein ?