Page:E. Feydeau - Souvenirs d’une cocodette, 1878.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE VI

Bannière de début de chapitre


SOMMAIRE :


Mon mari est plein d’expansion. — Pour quels motifs il m’épousa. — Histoire d’une homme amoureux de toutes les femmes. — Où mène la recherche de l’idéal. — Système de philosophie renouvelé de La Bruyère. — Mon mari devient incommode. — Je suis une machine à plaisir.



Eest-ce donc là le mariage ! me disais-je le lendemain en m’éveillant. Comment les femmes s’y soumettent-elles ?

J’éprouvais une telle honte que je n’osa sortir ni recevoir personne pendant quinze jours. Les figures même des domestiques qui me servaient m’étaient odieuses. Il me semblait toujours que chacun pouvait voir sur mon visage