Page:E. Feydeau - Souvenirs d’une cocodette, 1878.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Cocodette-Bandeau-Amie-Lectrice

AMIE LECTRICE


Si, d’aventure, tu étais bégueule, ou seulement tant soit peu prude, garde-toi, comme de la peste, d’ouvrir ce livre et d’en parcourir une ligne. Il n’est pas fait pour toi. Tu n’y comprendrais rien. Mais si, comme je l’espère et le souhaite, tu es une femme charmante, douée d’autant d’intelligence que de bon sens, ayant l’expérience du monde, et connaissant au moins les plus mignons des secrets de la vie, si, de plus, tu ne recules pas, pour te distraire, devant quelques heures passées en tête-à-tête avec un auteur dont toutes les actions, tous les travaux, toutes les pensées