Page:E. Feydeau - Souvenirs d’une cocodette, 1878.djvu/34

La bibliothèque libre.
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
8
AMIE LECTRICE


n’ont jamais eu d’autre but que de plaire à ton sexe… oh ! alors, ne crains pas de lire, et même de relire le récit attachant que je place ici sous tes yeux. J’ose te promettre qu’il te rappellera plus d’une émotion de ta jeunesse, et te présentera le miroir fidèle des sentiments, des sensations, des émotions, peut-être même de quelques-uns des événements qui ont dû traverser ta vie.

Et si, cette fois, malgré l’esprit dont tu es douée, tu t’étonnes de trouver dans cette peinture un peu plus de liberté qu’on n’en accorde de nos jours aux malheureux auteurs, ne te scandalise pas, je te prie. Considère d’abord que la nature de cet ouvrage commandait certaines privautés de style ; ensuite souviens-toi que les plus beaux génies de la langue française : Montaigne, Montesquieu, Voltaire, Molière, La Fontaine, et tant d’autres ! n’ont pas plus reculé, pour doter l’Univers de leurs impérissables chefs-d’œuvre, devant la hardiesse du langage que devant la licence des sujets.

Adieu, amie lectrice. À tes pieds.

Vignette de fin de paragraphe
Vignette de fin de paragraphe