Page:E. Sémérie (1870) Fondation d'un club positiviste.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


nos esprits jusqu’à ces sommets pleins de clarté d'où le passé et l'avenir se découvrent et rattacher nos destinées et celles de notre pays à la chaîne éternelle des destinées humaines. Alors le châtiment mérité qui nous frappe ne'pourra plus nous abattre, et, si grands que deviennent nos malheurs; notre énergii planera toujours plus haut. Que la France relève la tête et reprenne conscience de son génie et de sa mission. La nation qui dèpuis Charlemagne a éte de toutes les grandes choses faites en Europe, la nation qui fit et soutint les Encyclopédistes, pères de la Révolution; la nation, qui, constamment féconde et active, a faitl le Positivisme et a poursuivi intrépide et résolue sous toutes les oppressions, son but, nettement formulé, de construire la doctrine régénératrice, cette nation n’est pas morte. Elle a encore devant elle des longs siècles de