Page:Emile Souvestre - Le Journaliste - Tome 1 - Charpentier 1839.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


loin de prêter à l'avenir, vivre avec les réserves du passé! Il y eût dans cette ruine de ses plus doux rêves bien des suspensions et bien des crises ; mais les exigences de chaque jour dévorèrent lentement son pauvre trésor. — Oh! que de fois il s'indigna pendant cette lutte de voir le triomphe de la matière sur l'esprit, et du besoin sur le désir! Que de fois il s'irrita contre les dispendieuses nécessités de la vie, se condamnant à la retraite, réformant ses habitudes élégantes et essayant la faim! Mais, malgré tout, le moment vint où il fallut reconnaître l'impossibilité de son espérance et renoncer au voyage qu'il avait vu pendant deux années comme une récompense et comme un but. Il y avait huit jours à peine qu'il s'était fait à lui-même cet aveu, et les maladroites paroles de Henri avaient ravivé toute sa douleur.