Page:Emile Souvestre - Le Journaliste - Tome 1 - Charpentier 1839.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Et, ouvrant les bras, elle se laissa retomber sur le cadavre. Tout cela s'était passé en quelques secondes. Frédéric était hors de lui.

La vue de ce sang et de cette femme folle de désespoir lui donnait le vertige; il regardait avec épouvante, ne sachant à quoi se décider, lorsqu'un pas régulier se fit entendre au loin; il tourna la tête et aperçut, à la clarté de la lune, deux gardes qui se dirigeaient de son côté.

La pensée d'être surpris près de ce cadavre, de se trouver peut-être mêlé à quelque crime, le glaça : son premier mouvement fut de fuir; puis il eut honte d'abandonner une femme, dont le hasard l’avait fait le protecteur. Il l'enleva dans ses bras à demi évanouie, et voulut retraverser l'allée, mais il eut à peine le temps de se jeter derrière