Page:Emile Souvestre - Le Journaliste - Tome 1 - Charpentier 1839.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


poir contenu. Après quelques minutes de silence, il laissa tomber pinceaux et palette, joignit les mains, et des larmes roulèrent dans ses yeux.

Tout à coup la porte de l’atelier s’ouvrit ; le jeune peintre s’essuya vivement les yeux, et se leva avec un mouvement d’impatience ennuyée.

La femme qui venait d’entrer avait la taille épaisse et courte, le visage haut en couleur, et portait le costume des commères flamandes, on eût dit une des buveuses de Téniers. Elle s’approcha du chevalet en grommelant :

— J’en étais sûre, dit-elle, tu viens encore de travailler à ton image de sainteté, au lieu de terminer les tableaux que l’archiduc Léopold t’a commandés.

Et se détournant vers plusieurs ébauches suspendues à la muraille :