Page:Encyclopédie méthodique - Atlas, T02.djvu/95

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


9*

ANALYSE

que,ladifférencedelatîh1de,entrecelieu&le centredumouvementestplusgrande :enconsé- 3uenceducalcul,quecesdéplacemensdumériien, ontexigé,onaencoredécouvert,denouvelles positions,auxendroitsdelaCôte ,situés entrelaVeraCrux&Porto-Belo.

Afind’augmenterlenombredesdonnées,ona renduleslongitudesabso’ues,comptéesduméridiendePorto-Belo, lespluségalesqu’onapu, enjoignantconstamment,àlaplusgrandelongituded’unendroit, la plus petitedifférenceenlongitude, entrecetendroit&lalongitudedupointle plusvoisin,ouenôtant,lorsquecelaétoitnécesfaire , lesplusgrandesdifférences,desp’usgrandes longitudes,ainsiqu’onl’apratiqué,furlaCôte opposée,entre Porto-Belo &Acapulco ;puison aassimiléceslongitudes&alorsonenaextrait lesdifférences.Onafuivile mêmeprocédé,en partantdelaVeraCrux,pouralleràPorto-Belo ; puisonaassimilé&égalétoutescesdifférences, &unmilieuadonné,celesquiprécèdentouà • très-peuprès.Pour vérifierleslongitudes,quien réfultent,onadécouvertpard’autresvoies,la longitude,dequelquesunsdeslieuxprécédens,par exemple ,celledeSalamancadeBacalar ;onJ’a rapportéeàdifférensponts,&l’onatrouvé, 92002>8 :92007’,7 :92°09’,2 :92°12’,5 : 92017’,o&92020’,5 ,dontlemilieufelonnous estde., 920 10’,6.Cettelongitudeadiminué très-peu ,ladifférencedesméridiens ,entreSalamanca &l’isledePort Royal :cettediminution n’a pasexigé,quel’oncorrigeâtlesautresdifférences. Sil’on n’a pointenchaîné,danslafuiteprécédente, lecapCatoche nilecap Defconocida,c’est qu’ilsontétéplacésparleurlongitude,en traitantderisledeCuba. Versle Nord-Ouestde lTucatan ,il y aplusieursislots ,bancsdefable &rochers,po1 milesquelsDampierrefutengagé ; entrecesobjets,ca1adéterminélaposition,de l’écueilquiestleplusau Nord,c’estle Paracel ; onafaitdépendrefalongitude,decelleducap Defconocida&decelledel’isledePort Royal, &l’onatrouvéquecetécueilétoitpar,93041’,o. La latitudeduParacelouPracel,estparun milieu felonnoscartesde, 230 44’, 6 ;’cetécueilétant rapporté,aucap Defconocida,estparlahauteur ■tle,22052’,9 ;étantréféréàcelledumilieudu canal,del’1sled.■PortRoyal,ilestde,23042’,1 ; enlafaifantdépenefre,decelleducapCatoche, lalatitudeduParacelestde,23038’,7 ,&enla rapportant,àcelledelaVeraCrux,lahauteur polairedecetécueilestpar,23043’,7 :ontrouve aussilamêmeparun milieu.

Onaconfultéavecavantage ,les remarqu &obfervations,duCapitaine Dampierrefttr lTucatan, depuislecapCatoche,enpassantparle capDesionocida,parlabaiedeCampêche&par lePort Royal ;puisdelàjusqu’àlaVeraCrux. CeCapitaineaséjourné troisans,danslabaiede Campeche ,d’oùilafaitdeuxvoyagesàlaVera Crux , en rangeantlaCôte.

Onvacontinuerladefcription ,delacôtedu GolfeduMexique,depuislaVeraCrux, jusqu’à laNouvelle-Orléans.Onadéterminéfurcette partie,leslongitudes&leslatitudes,dePanuco, deRio Bravoàsonembouchure,duColduLac Saint-Jofeph,duPresidioSaint-Louis &ducap delNorte ;cesdéterminaifons,sontextraiteschacunededixdonnées, soumifesàdesopérations analogues,àcellesqu’onadéjavuplusieursfois : oncroitavoirleslatitudes,assezexactement ;les longitudesfontunpeumoinssûres,ilyenaqui peuvents’éloignerduvrai,auplusde6’ ;leCol duLacSaint-Joíeph,ayantétéréféréd’abord,à laNouvelle-Orléans&àSaint-JofephdeCalifornie, &enfuiteàlaVeraCrux&àlaNouvelle-Orléans, nedoitpouvoirs’écarterduvrai,que de■,/.Ladifcordancedescartes&desautresdonnées, nenousapaspermisplusdeprécision :ce défaccordvient,decequ’onapeufrequentécette Côte.Onn’aguèresdeVoyageursFrançois,dans cesparages,queM.delaSalle,quiyfitunétablissement, oìiilfuttuéen1685,&leJournal duCapitaineBéranger,envoyéparlaCqmpagnie desIndes,en1720,pourmieuxreconno1trela baieSaint-Bernard.

ArrivéàlaNouvelle-Orléans,onnequittera pascetteVille,fansyavoirenchaîné,quelques pointsdesenvirons.OnaliécetteVilfeavecla Havanne,entraitantdel’isledeCuba.RelativementàlaNouvelleOrléans, pourarrêterlaBalife, FortruinéauxbouchesduMississipi,onaprisonze foislesdifférences,tantenlongitudequ’enlatitude, entreceslieux ;onaprisaussilememenombredefois, ladistanceentrecespoints,&le trianglemoyenentrelesonze,adonnélaposition delaBalife.OnaeufeptfoisI’hypothénuse,dfc mêmequeladifférenceenlatitude,dansletriangle rectangleformé,entrelaNouvelle-Orléans&l’entréedelarivièreIberville, danslelacMaurepas :1e triang’emoyenadonné,ladifférenceenlongitude de,27’,,&ladifférenceenlatitudede,23’,2 : celadonnelalatitude,decetteentréede,30021’,o, &falongitudede,92050’,8.Delàjusqu’au consluent,delarivièreRouge,dansleMississipi, onatrouvéd’après6données,qu’ilyavo1t, 1°r0’,1,enlongitude,&+42’,9,enlatitude : (VoyezlaTable.)M.leSueur,undenospre- ; Generatedon2014-03-2514 :46GMT/http ://hdl.handle.net/2027/ucm.5320294282PublicDomain,-digitized/http ://www.hathitrust.org/access_use#pd-google ANALYSE.

·que , la différence de latitude , entre ce lieu & le centre du mouvement efi plus grande : en conféqttence du calcul , que ces déplacemens du méridien, ont exigé , on a encore découvert , de nouvelles pofitions, aux endroits de la Côte , iitués entre la Vera Crux & Porto-Belo.

’Afin d’augmenter le nofl’lbre des données, on a rendu les longitudes abfo ’ues, comptées du méridien de Porto-Btlo , les plus égales qu’on a pu, en joignant contlamment, à l.a plus grande longitude d’un endroit, la plus petite différence en longintdc , entre ~ endroit & la longitude du point le plus voilin , ou en ôtant , lorfque cela étoit néceffaire , les plus gr ?.ndes différences, des p’us grandes longitudes, ainfi qu’on l’a pratiqué, fur la Côte oppofét, entre Porto-Belo & Acapulco ; puis on a affimilé ces l011gitudes ,’ & alors on en a extrait les diff~rences. On a fui vi le même procédé, en païtant de la Vera Cmx , pour aller à Porto-Belo ; puis on a affimil~ & ég.ùé toutes ces différences, & un milieu a donné, ce’les qui précèdent ou à ·très-p~·u pi ès. Pou~ vérifier les longitudes, qui en réfitltt’ , ;t, on a découvert par d’autn :s voies, la longitude, de ql :clques ·uns des lieux pré,édens, par exemple , celle de Salamanca de Bacalar ; on j’a rapportée à différens po :nts, & l’on a trouvé , ~P·0 01.’tJB : 92.0 071• 7 : 91.0 09’, l. : 91.0 u’, 5 : 92.0 17’, o & 92.0 2.01, 5 , dont le milieu felon nous efi de , 92.0 101, 6 . Cette long ;tude a diminué très-peu , la différence des méridiens , entre Salam .. nca & l’ifle de Port Royal : cette diminution n’a pas exigé, que l’on corrigdt les autres différences. Si l’on n’a point enchaîné, dans la fuite précé· de ::te, le cap Ldtochc ni le cap Defconocida, cfi qtîils ont été placés par leur longitude, en trait ;

nt de l’ifle de Cuba. Vers 1~
Nord-Ouefi de

l’Y ucatan , il y a plufleurs iflots , bancs de fable & rochers, p ;;rmi lcfquels Dampierre fut engagé ; entre ces objtts , O’•l a déterminé la pofition , de l’écueil qui efi le plus au Nord, c’efi le Paracel ; ~n a fait dépendre fa longitud · , de ctlle du cap Drfconocida & de celle de l’i{]e de Port Royal , & l’on a trouvé que cet écueil étoit par, 93° 4 i ’, o. L’l latitude du Paracel ou Pracel, efi par un milieu felon nos cartes de, 2 3° 44’, 6 ;· c< :t écu ~ il étant rapporté, au cap Ddconocida , t :fi par la hauteur ’Ùe , 22.0 p’, 9 ; ét<~ nt réfàé à celle du milieu du canal, dt l’ifl e d·· Port Royal, il efi de , 2. 3° 41. 1 ,1 ;

€n la faiC1nt dépen<fre, de celle du cap Catoche, la latitude du Paracel efi de, 2 3° f~’, 7, & en l.a rapportant, à ce :le de la Vera Crux , la hauteur pola ;re de cet écueil efi p1r, 2.3° 43’, 7 :on trouve auili la même par un milieu.

On a confulté avec avantage , les remarqu l

D11zeb

& obfervations , du Capitaine Dampierre ,. utt l’Yucatan, depuis le cap Catoche, en paffant par le cap Def,·onocida, par la baie de Campêche & par le Port Royal ; puis de là jufqu’à la Vera Crux. Ce Capitaine a féjourné trois ans, dans la baie de Campeche , d’olr il a fait deux voyages à la Vera Crux, en rangeant la Côte.

On va continuer la defcription , de la côte du Golfe du M,exique, depuis la Vera Crux, jufqu’ ; la Nouvelle-Orléans. On a déterminé fur cette partie, les longitudes & les latitudes, de Panuco, de Rio Bravo à fon embouchure, du Col du Lac Saint-Jofeph, du Prefidio Saint-Louis & du cap dd Norte ; ces déterminaifons, font extraites chacune de dix données , foumifes à des opérations analogues , à celles qu’on a déja vu plufieurs fois : on croit avoir les latitudes 1 affez exa8ement ; les longitudes font un peu moins sfrres, il y en a qui peuvent s’éloigner du vrai , au plus de 6’ ; le Col du Lac Saint-Joleph, ayant été référé d’abord, à la Nouvelle-Orléans & à Saint-Jofeph de Californie, & enfuite à la Vera Crux & à la Nouvelle-Orléans, ne doit pouvoir s’écarter du vrai, que de 3’· La difcordance des cartes & des autres donr. ées , ne nous a pas permis plus de précifion : ce défaccord vient, de ce qu’on a peu frequenté cette Côte. On n’a guères de Voyageurs François, dans ces parages, que M. de la Salle, qui y fit tm établiffement , Oti il fut tué en 168 5 , & le Journal du Capitaine Béranger , envoyé par la CQJPpagnie des Indes, en 172.0 , pour mieux reconnOitre la baie Saint-Bernard.

Arrivé à la Nouvelle-Orléans, on ne quittera pas cette Ville , fans y avoir enchaîné , quelques points des environs. On a lié cette Vilte avec la Havanne, en traitant de l’ifle de Cuba. Relativement à la Nouvelle ·Orléans, pour arrêtir la Balife, Fort ruiné aux bouches du Miffiffipi, on a pris onze fois les différences , tant en longitude 9.u’en latitude, entre ces lieux ; on a pris auffi le meme nombre de fois , la difiance entre ces points , & le triangle moyen entre les onze , a donné la pofition de la Bali fe. On a eu fept fois l’hypothénufe, de même que la différence en latitude, dans l"’ triangle reaangle formé, entre la Nouvelle-Orléans & l’entrée de la rivière !berville • dans le lac Maurepas :le triang1e moyen a donné, la différence en long :tude de, 27’, , & la diff~rence en latitude de, 2. 3’, 2. : cela donne la latitude, de cette entrée de, 30° 1.1 ’, o, & fa longitude de, 92. 0 5o’, 8. De ti ju(qu’au confluent, de la rivière Rouge , dans le :>.ii .1iffipi, on a trouvé d’après 6 données , qu’il y a·ott , 1° ro’, 1, en longitude, & + 411, ’, en latinrde : (Voyez la Table.) M. le Sueur, un de nos pr~ Original from

UNIVERSIDAD CO PLUTENSE

DE AORID