Page:Encyclopédie méthodique - Physique, T2.djvu/27

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


ABA

ABAISSEUR, de Baſſus, bas ; muſculus depreſſor ; ſolcher rnuskel, herunter laſſer. Muſcles dont l’action conſiſte à abaiſſer ou à tirer en bas les parties auxquelles ils ſont attachés : les anatomiſtes distinguent les suivans.

Abaisseur de l’œil ; ’herunter laſſer des auges. L’un des quatre muſcles droits qui ſervent à faire mouvoir l’œil dans ſon orbite, & auxquels on donne les noms de : releveur, c’eſt le muſcle qui fait faire à l’œil un mouvement droit de bas en haut ; abaiſſeur droit inférieur ou humble, qui meut l’œil de haut en bas ; abducteurliseur, & abaucieurdédaigneux ; le premier meut l’oeil de droite à gauche , & le second de gauche à droite. Ces muscles ont leur attache fixée dans le fond de l’orbite, à la circonférence du trou optique, & leur attache mobile au bord antérieur de la eornée opaque.

ABAISSFURDE L’AUE DU NEZOirmyrtiforme1 périt muscle dont les fibres, nées de la face antérieure de l’os maxillaire supérieur , immédiatement au-dessous des alvéoles des dents incisives, se portent à la partie postérieure de la narine correspondante, & se terminent en cet endroit, depuis le cartilage de la cloison jusqu’à celui’ de l’aile da nez.

ABAISSEURDEL’ANGLEDESLÈVRESOUtriangle maxilLo-labial, s’étendant de la ligne oblique externe de’la mâchoire inférieure à-la commissure des lèvres., où il se termine en pointe. -

ABAISSEURDELALÈVREINFÉRIEURE : carré du menton , mamo-lahial,. situé obliquement au^ dessousde la lèvre inférieure ; il tire son origine , commele précédent, derrière lequel il est placé , de la ligne oblique externe de la mâchoire inférieure, & fe perd dans Tépaisseurde la lèvre, en se joignant à celui du côté opposé & ;à<quelques fibres de rmcissf inférieur.

ABAS : poids dont on se sert en Perse pour peser les perles & les pierres-précieuses. L’abas de Perse est un huitième moins fort que le karat d’Europe. Les marchands joailliers, & surtout les Espagnols, s’en fervent fous le nom de quitola.Wsle divisent en quatre grains, &cha-que grain en demr, quart,-

huitième & seizième

de quitole ; & c’est avec ces divisions que les marchands joaillière peuvent donner’précisément la juste valeur aux pierres précieuses. ABASSI : monnoie d’argent de forme ronde , qui a cours en Perse & dans FOrientr.Vabajjí vaut un peu plus que 93 centimes de France. ABDUCTEUR, de ab , hors ; duco, conduire ; abductor. Muscles destinés à faire mouvoir certaines parties j en les-éloignant de Taxe du corps». ABDUCTEURDE i’a£TL ;-abduttordesauges.L’un des quatre muscles droits de l’oeil , celui qui sert à faire tourner l’oeil du côté opposé au nez : on’ lui donne le nom. dabduíteur liseur, abducleurdédaigneux.

Wa son attache fixe dans le fond de l’orbite, à- 1a circonférence du trou optique, & : son attache’ mobile aux bords- antérieur & extérieur de la cornée opaque. Voye^DROIT EXTERNE, (EiLa ABAISSEUR.-

ABONDANT, de ab-, de ; undo-, coulerj- abun-’ dans ; reichlick. C’est, en arithmétique, un nombre dont toutes les parties aliquotes prises ensemble, forment un-tout plus grand que le nombre.-ACCÉLÉRATION DIURNE DES ÉTOILES ; acceleratio diurna stellarum. Quantité dont les étoiles avancent chaque jour, soit à leur lever ,soit à leur coucher, soit enfin à leur passage auméri-dien, 11est de 3’ 56".

Cette accélération,-

dont les astronomes font un’

usage continuel,. vient du retardement effectif dusoleil. Son-mouvement propre vers l’orient-, qui est de de 55)’4" de degré tous les jours,,fait que l’étoile qui paroissok au méridien hier, en méme temps que le soleil, est plus occidentale aujourd’hui de 39’ S", ou de 3’ 56" de temps dont-elle passeraplutôt qu’hier--

ACCORDOIR ; sie’mhammer. Petit instrument :’ qui sert à accorder les instrumens de musique. L’accSrdoird’un orgue est fait en forme d’un petit cône , dont on affuble les tuyaux en lespressant jusqu’à ce qu’ils soient assez étroits pour les faire deseendre aux tons que l’on deíìre ; ou en poussantla-pointe du cône dans le tuyau, lorsqu’on le veut élargir & le faire monter. Uaccordoird’un clavecin est fait comme un pe-tit marteau.

ACÉTIFIC A’TIONj aeetificátio , de acetum’ facere. Opération par laquelle les substancesanimales "ou végétales se transforment en acide acé-teux ou en viriaigïe.

Presque tous les chimistes considèrent l’acétifi-cation comme le résultat d’une fermentation par—