Page:Eugène Le Roy - Jacquou le Croquant.djvu/240

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il faut donc que toute la paroisse adresse une pétition à l’évêque pour lui demander le maintien de notre curé. Mais, — ajouta-t-il, — comme il n’y en a guère que deux ou trois qui sachent signer, nous ferons comme on faisait jadis, nous appellerons un notaire qui dressera un acte de notre protestation :


Parle papier !

Voilà, dans la position où nous sommes, ce qu’il y a de mieux à faire. Un chien regarde bien un évêque, nous pouvons donc lui adresser la parole. Êtes-vous de cet avis ?

— Oui ! oui ! crièrent tous les gens qui étaient là.

— Eh bien ! donc, je vais envoyer quérir le tabellion. Vous autres, revenez à l’heure de vêpres, et soyez là, tous, sans faute ; que personne ne reste à la maison : plus nous serons, mieux ça vaudra… Maintenant, je vous dirai que les gens en place, qu’ils aient une robe ou un habit, ne voient pas toujours les choses comme il faut, en sorte que je ne sais pas trop ce qu’il adviendra de notre protestation : peut-être s’en ira-t-elle en eau de boudin, en brouet d’andouilles, nous le verrons bien !


Il ne faut pas laisser de semer pour la crainte des pigeons.

» Pour moi, je l’ai dit d’abord : si on nous