Page:Eugène Le Roy - Le Moulin du Frau.djvu/11

La bibliothèque libre.
Cette page a été validée par deux contributeurs.



AVANT-PROPOS





I


Je ne me rappelle pas avoir jamais eu, du temps que j’étais critique, l’occasion d’apprécier un roman rustique offrant la moindre ressemblance de facture avec le Moulin du Frau. Le Marquis des Saffras, de La Madelène, les Païens innocents, de Babou, non plus que le Chevrier, de Fabre, et le Bouscassié, de Cladel, ne sauraient lui être comparés. L’arrangement de la réalité, l’inquiétude constante de la forme, qui s’accusent également dans ces œuvres rudes ou délicates, ne s’aperçoivent pas une fois dans le Moulin. Ici, nul artifice littéraire