Page:Féval - Le Bossu (1857) vol 1-3.djvu/244

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
20
LE BOSSU.


— On sait déjà votre affaire des mines, à la cour, Albret, poursuivit Gonzague. « Et votre Oriol, m’a dit le roi en riant, savez-vous qu’on me l’a donné comme étant bientôt plus riche que moi ! »

— Que d’esprit ! Quel maître nous aurons là !

Ce fut un cri d’admiration générale.

— Mais, reprit Gonzague avec un fin et bon sourire, ce ne sont là que des paroles ; nous avons eu mieux, Dieu merci ! Je vous annonce, ami Albret, que votre concession va être signée.

— Qui ne serait à vous, prince ? s’écria Albret.

— Oriol, ajouta le prince, vous avez votre charge noble ; vous pouvez voir d’Hozier pour votre écusson.

Le gros petit traitant s’enfla comme une boule et faillit crever du coup.

— Oriol, s’écria Chaverny, te voilà cousin du roi, toi qui es déjà cousin de toute la rue Saint-Denis… Ton écusson est tout à fait : d’or, aux trois bas de chausses d’azur, deux et un, et en cœur un bonnet de nuit flamboyant, avec cette devise : Utile dulci !

On rit un peu, sauf Oriol et Gonzague.