Page:Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2.djvu/215

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Quand il fut parti, la porte de la salle d’entrée, qu’il avait oublié de refermer au verrou, s’entre-bâilla doucement, et montra la figure inerte de l’idiot Geignolet.

Personne ne l’aperçut.

Il regarda un instant les convives avec un rire silencieux et stupide ; puis il se glissa doucement dans la chambre réservée, et se blottit sous une table, auprès de la porte.