Page:Fabre - Chroniques, 1877.djvu/170

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


conviction toutes les paroles qu’on lui verse ou qui flottent dans l’air.

J’assistais, l’autre jour, à un bout de représentation électorale et j’avais près de moi deux électeurs du genre bénévole. Chaque fois que l’on parlait de la dette publique, ils bondissaient et, se poussant du coude, murmuraient : « C’est nous qui paierons ça ! »

À mesure que l’orateur libéral parlait, leur admiration croissait. Le tribun en était au chapitre des Anglais ; il parlait de Sir John A. MacDonald, de M. Rose, de M. Mackenzie (de Lambton). Un des deux électeurs n’y tint plus et, donnant un violent coup de coude à son voisin, il s’écria :

— Hein ! Comme il sait bien leurs noms à tous !


Le mot de la fin m’arrive de Paris ; il n’en est pas plus mauvais pour cela.

Un petit parisien, dont la mère est née à Montréal, visitait l’Exposition. On lui demanda ce que produisait le Canada :

— Des pommes et des bonnes mères, — dit-il.