Page:Fabre - Chroniques, 1877.djvu/69

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Voici ce qui paraît avoir donné lieu à cette épreuve militaire :

Nos ministres ont introduit récemment dans notre régime constitutionnel une modification tout à fait d’accord avec leurs goûts nomades. Non contents de siéger tour à tour à Montréal et à Ottawa, ils sous-divisent le Conseil Exécutif en trois sections : un conseil, composé de cinq ou sept ministres, délibère à Ottawa ; un autre conseil composé parfois de cinq, parfois de trois, se réunit à Montréal sous la présidence du Gouverneur ; enfin un troisième conseil, qui ne compte que deux membres, circule entre les deux autres, décrète en route et a son domicile ordinaire à Québec.

« Le conseil des ministres, s’est réuni, dit le Canada, hier, à Ottawa. Les ministres présents étaient Sir Narcisse F. Belleau, les hon. MM. John A. Macdonald, Campbell, Chapais, Langevin, Blair et Cockburn. Presqu’immédiatement après cette séance, Sir Narcisse Belleau, accompagné de l’honorable M. Langevin, est parti pour Montréal où une séance du conseil doit avoir lieu aujourd’hui sous la présidence du Gouverneur. Les cinq autres ministres restent ici, pendant que l’hon. Premier et l’honorable solliciteur-général du Bas-Canada vont rencontrer à Montréal MM. Cartier, Galt et McGee. »

Il reste à souhaiter que cette machine compliquée fonctionne bien et qu’un conseil ne défasse pas ce que l’autre aura fait.

Il paraît cependant que le principal conseil siège à Ottawa. Aussitôt après l’arrivée de M. McGee, venant de Montréal, ce conseil s’est réuni, avant-hier, et l’appel aux armes de 10,000 volontaires a été résolu. Il est évident que ce sont les nouvelles apportées par M. McGee qui ont décidé le gouvernement à prendre cette mesure.

Ceci nous remet en mémoire un souvenir d’histoire contemporaine. Il y a quelque deux ans, M. McGee, qui, en sa