Page:Fatio de Duillier - De la cause de la pesanteur.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

se conservera dans sa Vigeur aussi longtems que l’on voudra; quoique l’on supose dans l’Univers plusieurs Globes, comme le Soleil et les Etoilles, les Cometes, les Planetes e. c. t; autour desquels cette même Matiere doit continuellement produire des Pesanteurs, semblables à celle qui se ressent autour de la Terre, mais plus ou moins fortes. Car il faut bien se souvenir, que dans les Theories, ou l’on fait entrer l’Immense, on peut emploier tant d’Immenses que l’on veut, et même une infinité, qui pourtant soient par ordre chacun infiniment plus grand ou infiniment plus petit que tel que l’on voudra des autres.

La frequence du Choc des Particules parfaitement dures entre elles, et des autres Parties de nôtre Matiere, qui pourroient n’avoir pas un Ressort presque parfait, et ne pas recevoir dans leurs Fremissemens tout le Mouvement qui se perd par le Choc, la Frequence, dis-je du Choc de ces Particules entre elles, depend de la Grandeur de leurs Diametres, du Nombre de ces Particules, de leur Vitesse, et en quelque sorte de leurs Figures. Or de cette Frequence dépend la Perte, qui se fait du Mouvement; par la Rencontre des Particules mêmes. La quelle perte se trouvera d’autant plus diminué, que l’on osera suposer, dans les plus petites Parties de la Matiere, un Ressort plus parfait.

Si les Figures des Particules de nôtre Matiere sont suposés Spheriques et trez polies, parce qu’ainsi elles frapent plus egalemt, et ne sont pas si disposées à prendre des Mouvemens circulaires dans leurs Chocs contre les autres Corps, je trouve que la Frequence de leurs Chocs, en diverses Suppositions, que l’on peut faire, sera comme ou comme . Or je supose que soit la Vitesse des Particules, leur Nombre, la Grandeur de leurs Diametres; ce qui donne par conséquent pour leur Densité. Ainsi donc gardant la Vitesse, et la Grosseur des Particules, dans un Nombre de Particules le triple plus grand, ou dans une Densité le triple plus grande, la Frequence du Choc soit triple. Et dans une Vitesse triple, gardant le reste, les Chocs seront aussi le triple plus souvent. Et gardant la Densité et la Vitesse, si on triple le Diametre des Particules, ou, ce qui est le même, si on prend le Nombre des Particules 27 fois plus petite, les Chocs se feront le triple moins souvent; car les Chocs seront reciproquement comme le Diametre des Particules. Que si on triploit seulement le Diametre, en gardant la Vitesse et le Nombre des Particules, la Frequence du choc seroit 9 fois plus grande. Aiant la Vitesse, et la Densité de la Matiere, on fera la Frequence du Choc si petit que l’on voudra, en augmentent le Diametre des Particules: ce qui changera leur Nombre en la Raison reciproque du Cube de leur Diametre. Et on à ici une Latitude immense, pour choisir la Vitesse des Particules, leur Nombre et leur grosseur, comme l’on voudra. Mais je suis porté de toutes manieres à augmenter la Vitesse à l’lnfini: pourvû qu’en produisant la même Pesanteur, on puisse diminuer à l’Infini la Frequence du Choc des Particules entre elles, et la Densité de la Matiere, qui doivent produire cette Pesanteur. Et c’est aussi que l’on peut toujours faire.