Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 1.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


suivi par les nuages, les Vidyâdharas et les chœurs des Apsaras. 2122.

Le serpent, couché sur sa robe et tremblant de peur, vint également sous le fouet [1] des invocations. 2123.

Ensuite le roi, qui désirait la mort de Takshaka, prit de nouveau la parole et dit avec colère aux prêtres, versés dans les mystères des invocations : 2124.

« Brahmes, s’éçria-t-il, si le serpent, que voici dans le char d'Indra, est Takshaka, faites-le tomber dans le feu, accompagné d'Indra lui-même ! » 2125.

Pressé ainsi par le roi Djanamédjaya à l'égard de Takshaka, le hotri dévoua au feu le serpent Takshaka, présent au sacrifice. 2126.

Tandis que le prêtre officiait, on vit alors Takshaka et Pourandara agités dans les airs sous de cruelles tortures.

À l’aspect du sacrifice, Indra fut saisi d’une immense frayeur et, délaissant Takshaka, il reprit tout tremblant le chemin de son palais. 2127-2128.

Le Dieu parti, roi des rois, Takshaka, mourant de peur, s’avança malgré lui, contraint par l’énergie des invocations, vers les flammes du feu sacré. 2129.

« Auguste Indra des rois, maintenant que ton sacrifice marche suivant les règles, dirent les prêtres officiants, accorde la grâce, qui fut promise à cet illustre jeune brahme. » 2130.

  1. ÇARMAN, gaudium (Bopp) ; happiness (VILSON) ; à radice çal, dit Bopp, lœdere, frangere. Il fallait donc alors ajouter pour signification : lœsio, fractio, que n'ont aucuns Dictionnaires, pas même celui, qui donne l’étymologie du mot.