Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 1.djvu/459

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


princes ; il n’estimait personne égal à lui-même. 4072.

Alors Toulya, le puissant roi des Gandharvas, s’avança contre ce terrible ennemi, qui jetait à ses pieds les hommes, les Asouras et les Dieux. 4073.

Une bien grande bataille fut engagée dans le Kouroukshétra entre ces deux puissants rivaux, le chef des Gandharvas et celui des Kourouides ; un combat, qui dura trois années, couvrit de sang les bords de la rivière Sarasvatî. 4074.

Dans ces champs de carnage tumultueux et couverts sous des pluies de flèches, le Gandharva, supérieur en magie, tua ce héros, le plus éminent des Kourouides.

Après qu’il eut immolé ce puissant monarque, après qu’il eut plongé dans la mort ce vaillant Tchitrângada, le Gandharva de s’en retourner au ciel ; 4075-4076.

Et le prince, fils aîné de Çântanou, Bhîshma de célébrer les funérailles du roi à la splendeur immense, tombé sous les coups de l’ennemi. 4077.

Le héros aux longs bras de sacrer immédiatement sur le trône de Kourou Vitchitravirya, enfant alors, qui n’avait pas encore atteint l’âge de puberté. 4078.

Docile aux paroles de Bhîshma, Vitchitravîrya le mahâradja gouvernait l’empire de son père et de ses aïeux.

Ce roi honorait, comme il séait au devoir, et protégeait le fils de Çântanou, Bhîshma, versé dans les Traités du devoir. 4079-4080.

Après la mort de Tchitrângada et durant l’enfance de son frère, continua le narrateur, ce fut, rejeton de Kourou, ce fut Bhîshma, qui, fidèle à la promesse donnée à Satyavatî, défendit l’empire. 4081.

Quand il vit que son frère était arrivé à la jeunesse,