Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/229

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
207
ADI-PARVA.

» Comment un être, qui souhaite vivre, pourrait-il vaincre dans un combat les deux jumeaux, habiles dans les armes et semblables à des fils d’Yama ? 7506.

» Comment triompherait-il dans une bataille du fils aîné de Pândou, dont la constance, la compassion, la patience, la vérité et la force n’abandonnent jamais le cœur ?

» Quelle puissance ne peut être vaincue dans la guerre par ces héros, de qui Balarâma soutient la cause, de qui Djanârdana est le conseiller et à côté desquels se tient Sâtyaki ; 750(5-7507.

» Eux, de qui le beau-père est Droupada ; eux, de qui les beaux-frères sont Dhrishtadyoumna et ses puînés, ces héroïques frères, enfants de Droupada et petits-fils de Prishata ! 7508.

» Reconnaissant que la victoire est impossible en face d’eux et que le droit de tes neveux est antérieur au tien, noble Bharatide, suis donc à leur égard une conduite toute réglée par la justice. 7509.

» Que ta faveur, sire, accordée à ces princes, lave cette grande tache exposée à tous les yeux, que le forfait de Pourotchana a jetée sur toi. 7510.

» Ta bienveillance, répandue autour d’eux, et la vie de tous ces princes au milieu de notre famille seront pour nous le plus grand bonheur et pour la caste des kshatryas une augmentation de sa force. 7511.

» Naguère le grand roi Droupada était en guerre avec nous ; son amitié, sire, est pour toi un accroissement de puissance. 7512.

» Les Dâçârhas sont nombreux et puissants, monarque des hommes ; ils sont tous du lieu, d’où est sorti Krishna, et où est Krishna, là est la victoire. 7613.