Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
7
ADI-PARVA.

Bharatide, sur ma tête, Kountî reviendra avec ses fils. »

Dhritarâshtra lui répondit :

« Cette pensée roule aussi dans mon esprit, Douryodhana ; mais je la repousse à cause de la cruauté du moyen. 5686-5687.

» Ni Bhîshma, ni Drona, ni Kshattri, ni le Gautamide n’auront jamais le désir que les fils de Kountî vivent dans l’exil. 5688.

» Eux et nous en effet nous sommes égaux parmi les enfants de Kourou : il est impossible que ces hommes sages et liés au devoir désirent qu’il y ait entre ses rejetons une inégalité. 5689.

» Cette conduite coupable ne nous rendrait-elle pas, mon fils, dignes de mort aux yeux des Kourouides, de ces magnanimes et du monde ? » 5690.

» Bhîshma garde toujours la neutralité, reprit Douryodhana ; le fils de Drona est de mon côté, et Drona, on n’en saurait douter, se rangera du parti où il verra son fils.

» Kripa le Çaradvatide soutiendra la cause, pour laquelle combattront ces derniers : il n’abandonnera jamais Drona et le fils de sa sœur. 5692-5691.

» L’intérêt attache à nous Vidoura ; il tient également aux autres ; mais seul il ne peut déranger nos plans au sujet des Pândouides. 5693.

» Envoie donc en toute assurance les fils de Pândou et leur mère habiter loin d’ici : agis de telle sorte qu’ils s’en aillent aujourd’hui même à Vâranâvata. 5694.

» Que cet acte de vigueur éteigne le feu du chagrin, qui s’est allumé en moi : il ressemble à un horrible dard, lancé dans mon cœur pour la destruction de mon sommeil. 5695.