Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
288
LE MAHA-BHARATA.

Kârttikéya empoigne sa lance de fer et se tient immobile, aussi ferme que le mont Mérou ; les deux Açwins eux-mêmes arment chacun sa main de simples enflammés. 8265.

Dhâtri empaume son arc et Djaya son pilon, Twashtri à la grande force enlève une montagne. 8260.

Ança prit son trident, le Dieu Mrityou sa hache ; Aryaman se promena, armé de son épouvantable massue. Mitra dans une attitude résolue, monarque des hommes, s’était armé d’un tchakra aux bords tranchants comme le rasoir. Poushan, Bhaga en courroux et Savitri 8267-8268.

Fondirent, l’arc en main et le cimeterre au cou, sur Krishna et le fils de Kountî. Les Roudras, et les Vasous, et les Maroutes à la grande force, 8269.

Et les Viçvadévas, el les Sâdhyas, enflammés d’une splendeur naturelle, ces Dieux et d’autres en grand nombre, désirant tuer les deux plus vaillants des hommes, s’avancèrent avec des armes diverses contre le fils de Kountî et Krishna. 8270.

On vit dans cette grande bataille de merveilleux présages, jetant une folie d’épouvante au milieu des êtres, et tous d’une forme semblable à celle des augures, qui annoncent la fin d’un Youga. 8271.

À la vue de Çakra en courroux avec les Dieux, les deux Atchyoutas, sans peur, inaffrontables sur le champ de bataille, restèrent de pied ferme, l’arc bandé à la main. Irrités alors, les deux héros, habiles dans les combats, de tirer sur les Dieux, qui s’avançaient, et de les percer avec des flèches pareilles à des tonnerres. 8272-8273.

Plus d’une fois la terreur fit abandonner la bataille aux