Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/389

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
367
SABHA-PARVA.


LE RADJASOUYA



Vaîçampâyana dit :

« À peine eut-il ouï ce langage du solitaire, Youddhishthira de soupirer et, songeant au sacrifice du râdjasoûya, il ne pouvait goûter de joie, rejeton de Bharata.

Comme il avait entendu raconter l’âme élevée des rishis, magnanimes sacrificateurs, comme il voyait que la possession de la terre et surtout la beauté du saint roi Hariçtchandra se gagnent par des sacrifices purs, il désirait pour lui-même un prêtre ofiiciant, digne de célébrer le sacrifice du râdjasoûya. 514-515-516.

Ensuite, ayant rendu lui-même des honneurs à tous ceux, qui siégeaient dans son palais, ayant reçu en échange des siens les honneurs de tous, Youddhishthira de tourner sa pensée vers le sacrifice. 517.

Alors, Indra des rois, quand il eut plusieure fois réfléchi sur cette affaire, le chef de la famille issue de Kourou prit sa résolution de sacrifier. 618.