Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/443

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
421
SABHA-PARVA.

lakoûta et du Koulinda, il rassembla ses forces et composa de ses armées un cercle savant. 997.

Accompagné d’elles, sire, l’Ambidextre invincible assujétit le continent Çâka et le roi Prativindhya. 998.

Les souverains, qui habitaient dans ce continent et dans les six autres, soutinrent une guerre tumultueuse contre les armées d’Arjouna. 999.

Il défit, éminent Bharatide, ces guerriers aux grands arcs, et s’élança, accompagné de toutes ses troupes, vers le soleil d’orient. 1000.

Là, monarque des hommes, était un puissant roi, Bhagadatta. Le magnanime Pândouide eut avec lui une terrible guerre. 1001.

Ce dominateur de l’orient était environné de Kirâtas, de Chinois et d’autres nombreux guerriers, habitant les rivages humides de l’Océan. 1002.

Après qu’il eut combattu huit jours entiers Dhanandjaya, ce roi dit avec un sourire dans le combat au héros, inaccessible à la fatigue : 1003.

« Pândouide aux longs bras, Indra, ton père, a mis une grande vigueur en toi, guerrier brillant dans les combats ! 1004.

» Je suis l’ami d’Indra, son égal dans les batailles ; et cependant, mon fils, je ne puis dans ce combat tenir en face de toi ! 1005.

» Quel désir accomplirai-je de toi ? Parle, vigoureux fils de Pândou ! Je ferai, mon enfant, ce que tu me diras. » 1006.

Arjouna lui répondit :

« Le roi Youddhishthira, chef des Kourouides et fils d’Yama, qui a la science du devoir et qui est fidèle à la