Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/445

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
423
SABHA-PARVA.

Dhanandjaya et Vrihanta se heurtèrent d’un choc terrible ; mais celui-ci ne put soutenir la furie du Pândouide. 1017.

Ce monarque inaffrontable, reconnaissant que la résistance était impossible avec le fils de Kountî, se rendit vers lui, apportant toutes ses richesses. 1018.

Aijouna lui rendit son trône ; puis, accompagné du monarque Ouloûkain, il marcha contre Sénâvindou, qu’il eut bientôt, sire, jeté hors de son royaume. 1019.

Il infligea le même sort à Modâpoura, Vâmadéva, Soudaman et Sousankoula ; il emmena prisonniers ces rois des Ouloûkas septentrionaux. 1020.

C’est ainsi qu’au temps, sire, où les ordres d’Youddhishthira, le tenaient dans cette région avec ses généraux, Kiriti subjugua cinq royaumes et battit leurs armées. 1021.

Ensuite, le conquérant s’avança vers la capitale de Sénâvindou, et fit son entrée dans Dévaprastha, à la tête d’une armée en quatre corps. 1022.

De là, environné de toutes ses divisions, le prince à la grande splendeur se porta contre Viçvagaçva, le puissant monarque issu de Pourou. 1023.

Il défit en bataille les héros montagnards aux grands chars, et enleva de vive force avec son armée la ville, que défendait ce rejeton de Pourou. 1024.

Viçvagaçva soumis, il vainquit les ennemis, habitants des montagnes, et les sept armées des Outsavamankétains ; puis, ce fils de Pândou, le plus héroïque des kshatryas, battit les héros kshatryas du Kâçmire et conquit le Lohita même avec ses dix régions. 1025.

Alors, sire, les Trigartas, les Dârvas, les Kokanadas,