Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 4.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA CONVERSATION DE DRAÂUPADÎ ET DE
SATYABHÂMÂ.

Vaîçampâyana dit :

Tandis que les brahmes et les magnanimes fils de Pândou étaient assis dans ces entretiens, Draâupadî et Satyabhâmâ entrèrent alors dans l’hermitage. 14,649.

Elles s’assirent là, bien joyeuses, riant beaucoup, à leur aise ; et, quand elles se furent long-temps regardées, Indra des rois, en s’adressant l’une à l’autre des paroles aimables,

Elles se mirent à raconter différentes histoires, sorties des familles de Kourou et d’Yadou. Sathyabhâmâ, l’épouse chérie de Krishna, Sâtrâdjitî à la taille gracieuse tint en particulier ce langage à la belle Yajnasénî : « Par quelle conduite, Draâupadî, triomphes-tu des fils de Pândou, ces jeunes héros, unis par le plus grand des liens et semblables aux gardiens du monde ? Comment ne s’irritent-ils pas, dame charmante, de marcher sous ta puissance ? 14,650-14,651-14,652-14,653.