Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 4.djvu/420

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
398
LE MAHA-BHARATA.

» Les fils de Pândou sont toujours tes sujets dociles, femme à l’aspect aimable ; tous, ils ont les yeux fixés sur ton visage : raconte-moi cela dans la vérité. 14,654.

» Cela vient-il du brahmatcharya, ou de la pénitence, des ablutions, des prières ou des simples des champs ? On doit la vigueur à la science. Celle-ci a pour ses racines la prière à voix basse, l’offrande versée dans le feu ou les médicaments. 14,655.

» Raconte-moi en ce moment, Krishnâ-Pântchâlî, quelle fameuse Divinité opère ce miracle, afin que Krishna marche continuellement soumis à ma volonté. » 14,656.

Quand elle eut dit ces mots, l’illustre Satyabhâmâ de garder le silence, et la vertueuse Draâupadî, la chaste épouse, de lui répondre en ces termes : 14,657.

« Tu m’interroges, dame véridique, sur la conduite des femmes malhonnêtes : comment pourrais-je te répondre sur la route, que suivent les femmes, qui ne sont pas vertueuses ? 14,658.

» Il ne te sied pas de faire cette demande, ou d’avoir là-dessus un doute ; car tu es douée d’intelligence, épouse bien-aimée de Krishna. 14,659.

» Alors qu’un époux saura sa femme livrée à la vertu des racines et à la puissance des incantations, qu’il tremble devant elle comme s’il était entré dans la caverne d’un serpent. 14,660.

» D’où viendrait la tranquillité à l’homme, qui tremble sans cesse ? D’où viendrait le plaisir à l’homme, de qui l’âme est sans cesse agitée ? Jamais un époux ne marchera sous la loi d’une femme, qui met en œuvre les incantations.

» Ce sont des massues bien épouvantables, que nous lancent des ennemis ! Les femmes, qui désirent la mort