Page:Faucher de Saint-Maurice - À la brunante - contes et récits, 1874.djvu/176

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

168
à la brunante.

Si cette triste histoire d’émigration vous fait peine, eh bien ! priez pour eux, priez pour nos compatriotes qui souffrent sur la terre étrangère.

Le meilleur souvenir, c’est prier.