Page:Faure - Encyclopédie anarchiste, tome 1.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
ATT
191


blessé mortellement a succombé. — 18 mars : Coïmbra (Portugal). Malgré la garde, les grévistes prennent l’Hôtel de Ville d’assaut, mettent tout à sac et détruisent les actes officiels (3 morts, nombreux blessés). — 30 avril : Salonique. La banque ottomane est détruite par une bombe de dynamite, des explosions se produisent en cinquante endroits ; un bureau de poste et d’autres bâtiments sont attaqués. — 5 mai : Bonneville. Une pierre de 2 kilos est jetée sur le Substitut Hauvy, qui est légèrement blessé. — 19 mai : Oufa (Russie). Le gouverneur est tué par plusieurs coups de feu. — 31 mai : Figuig. Jonnart, gouverneur de l’Algérie, est assailli par une fusillade qui blesse un certain nombre d’hommes de son escorte. — 11 juin : Belgrade. Le roi Alexandre et la reine Draga sont tués à coups de fusils par un complot de soldats et d’officiers. — 14 octobre : Paris. Baumann, ouvrier ébéniste, vieux et sans travail, tire un coup de revolver sur un prêtre. — 8 novembre : Paris. Une petite bombe explose dans l’église de Belleville. — Novembre : Vilna (Russie). Des soldats exécutent leur colonel parce qu’ils ont à s’en plaindre. — Décembre : Cournozols (Aude). Le duc de La Rochefoucault retire aux habitants le droit de faire paître leurs troupeaux dans ses bois ; des poursuites sont engagées. Un huissier venant notifier un jugement les condamnant, fut reçu à coups de fusils par quatre-vingts gaillards. Un garde-forestier trop zélé eut sa maison brûlée.

1904, 8 avril : Espagne. Une bombe éclate quelques minutes avant l’entrée du roi dans l’Exposition. — 12 avril : Madrid. Maura, président du Conseil, est poignardé par le jeune Miguel Artal. — 8 juillet : Paris. Pivoteau, ouvrier mécanicien, tue son contremaitre de deux coups de couteau. — Russie : Sazsnoff abat le ministre Plève.

1905, 25 avril : Limoges. Les grévistes pillent les armuriers et tentent d’ouvrir les portes de la prison ; ils sont décimés par une fusillade des Lebel. — 15 juin : Paris. L’équipage présidentiel dans lequel était le roi d’Espagne entrait par la rue de Rivoli dans le pavillon de Rohan ; au même instant une bombe éclate et tue un cheval du cortège. — Russie : Assassinat par Kalaïeff du Grand Duc Serge.

1906, Janvier : Russie. Attentat contre Nicolas II ; coup de canon tiré, de la forteresse Pierre et Paul, contre le pavillon du Tzar, érigé en face de la forteresse, lors de la bénédiction des eaux de la Néva. — 8 mai : Vaziers (Nord). Des cartouches sont distribuées aux soldats pour aller dans les grèves. Le fantassin Legrand ayant été malmené par le sous-officier Barbieux, il l’exécute d’abord d’un coup de fusil. — 5 septembre : Toulon. Le maire de Toulon, Escartefigue, en auto avec un officier de police, sont assaillis sur la route par une grêle de pierres ; les vitres sont brisées et le policier est blessé. — Russie : Fusilleur des paysans insurgés, Loujenovsky est exécuté par Marie Spiridonova.

1907, 12 juin : Paris. Le journal Le Matin ayant inséré des mensonges calomnieux sur les anarchistes, une dizaine de camarades se sont présentés au secrétaire pour lui demander de force une rectification. Elle fut insérée le lendemain.

1909, 21 juin : Auteuil (France). Les lads empêchent les chevaux de venir au champ de courses. Ils veulent un salaire de 70 francs par mois au lieu de 60. Le public s’impatiente et met le feu aux tribunes. — 20 octobre : Grenoble. Les soldats du 14e bataillon de chasseurs, mécontents de leur lieutenant, lui flanquent une correction et le jettent dans un fossé.

1910, 25 avril : Saint-Denis. Dans les grèves des poseurs de rails du chemin de fer du Nord. Les cuirassiers chargèrent les grévistes ; il y eut un mort et huit blessés. — 2 mai : Dunkerque. Grève des ouvriers du


bâtiment, Ils sont chargés par les dragons, plusieurs sont blessés. — Mai : Prévost-Paradol (province d’Oran). Deux détenus militaires, occupés au terrassement, voulant fuir, sont fusillés par le factionnaire. — 15 octobre : Hédouville (S.-et-O.). Des paysans en grève saccagent la ferme et enfoncent les portes de l’habitation du directeur Berthelot. Les gendarmes sont refoulés. — Le chef de police de Buenos-Aires, colonel Ramôn Falcôn, qui avait fait assassiner de sang-froid les ouvriers argentins pendant la manifestation du 1er mai, fut tué, en compagnie de son secrétaire, par l’anarchiste Simon Radowisky, aujourd’hui enfermé dans la terrible prison polaire d’Usuahia (République Argentine). — Novembre : Bourges. Pendant les grèves des cheminots, le soldat Lecoin refuse de marcher contre les grévistes.

1911, Mars : Damery-Ay (France). Les vignerons champenois veulent du mieux-être, ils font grève. Les maîtres des grands crus font la sourde oreille. Les vignerons envahissent les caves, entre autres celles de Casimir Périer, ils éventrent les futailles et font couler le vin dans les ruisseaux. — 26 mai : Aimargues. Aigues-Mortes (France). Les vignerons de la région font grève, les soldats refusent de marcher contre eux. Les gendarmes chargent et font des prisonniers qui sont délivrés par la foule. — 12 avril : Epernay. Dix mille vignerons révoltés sont entrés dans la ville en chantant la Carmagnole. Le même soir une bombe éclate à Ay. — 3 juillet : Beauvais. Un réserviste fatigue ne peut plus marcher, l’officier insiste brutalement. Un soldat indigné lui envoie une balle sans l’atteindre. — 2 août : Le Chambon-Fougerolles. Dans la grève des boulonniers plusieurs maisons sont dynamitées. — 25 août : Chômage intense dans les départements du Nord. Les marchands haussent leurs prix, le lait augmente ; un commerçant est déshabillé et rossé. À Saint-Amand, les femmes s’emparent de ce dont elles ont besoin. À Carvin, le marché est saboté. Les gendarmes chargent les habitants. À Saint-Quentin, tous les étalages sont saccagés. A Billy-Montigny, un boulanger voyant sa boutique menacée tire sur la foule, le sang coule. Les magasins sont envahis. — 26 août : Avesnes. Les manifestants envahissent et pillent le marché. — Valenciennes : Les boutiques et le marché sont mis à sac.

1912 : Russie. Assassinat du ministre Stolypine par Bogroff.

1913, Octobre. Libéré du pénitencier d’Alberville où il souffrit toutes les tortures, Duval vint à Paris acheter un revolver, puis retourna à Alberville. Rencontrant le commandant du Pénitencier il tira sur lui et sur les sous-officiers qui l’accompagnaient.

1918, Assassinat du comte Tisza, à Budapest. — Paris : Exaspéré de savoir que les morts de la guerre se comptaient par millions, et qu’assis dans leur fauteuil les gouvernants voulaient que continue encore la boucherie humaine, épris d’humanité, le jeune Émile Cottin va attendre Clémenceau, un des responsables. Il lui décharge son revolver et ne le blesse que légèrement. — Russie. Assassinat de Ouristki, chef de la Tchéka de Petrograd. — Russie. Assassinat, par Donskoï, du général allemand Eichborn. — Russie. Assassinat de Mirbach.

1919, Attentat contre plusieurs membres éminents du Parti communiste siégeant en assemblée. — Attentat de Kaphan contre Lénine.

1921, 23 mars : Milan (Italie). Au théâtre Diana, attentat important, le dernier, d’une série d’attentats accomplis pendant la période révolutionnaire qui va de la date de l’armistice à la lutte armée contre le Fascisme.

1923, Le 25 janvier, l’anarchiste allemand Kurt G, Wilckens, arrivé à Buenos-Aires (République