Page:Feller-Weiss-Busson - Biographie, 1847, Tome 1, AA-BEZ.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
PERSES. 13


l’Orient n’avait guère de meilleurs soldats que les Chaldéens. Voulant tout mettre sous le joug, ils devinrent insupportables aux peuples voisins. Avec les rois de Médie et les rois de Perse, une grande partie des peuples d’Orient se réunit contre eux. Des nations entières soumises à leur domination devenue odieuse, se joignirent avec les principaux seigneurs à Cyrus et aux Mèdes. Babylone, qui se croyait invincible, devint captive des Mèdes, qu’elle avait subjugues, et périt enfin par son orgueil. Ainsi les Mèdes, qui avaient détruit le premier empire des Assyriens, détruisirent encore le second. Mais cette dernière fois, la valeur et le grand nom de Cyrus firent que les Perses ses sujets eurent la gloire de cette conquête.

rois des chaldéens de babylone

Av. J.-C.

Bélésis 770

Nabonassar son fils (i [1]) 747

Nadius 753

Chinzirus.

Porus.

Jugée.

Mérodac-Baladan ou Mordokempad. 721

 » »
 » »


 » »
 » »

Mesessi-Mordacus 709

Babylone est prise par Ezaradon, roi de Ninive 680

Nabopolassar réunit les deux empires de Babylone et de Ninive 605

Voyez la liste des derniers rois d’Assyrie depuis Nabopolassar.


MONARCHIE DES PERSES.

La Perse avait depuis très long-temps ses rois particuliers. Chodorlahomor y régnait du temps d’Abraham. On sait que ce prince conquit les villes de Sodome et de Gomorrhe, et qu’il défit cinq rois voisins ; mais ce royaume, alors peu considérable, ne comprenait qu’une seule province, et les Perses, divisés en douze tribus, ne faisaient tous ensemble que cent vingt mille hommes, lorsque Cyrus régna sur eux. Ce conquérant sut tirer les plus grands avantages de ceux mêmes qui l’avaient aidé dans ses conquêtes. Il se servit des richesses des Mèdes, et de leur nom toujours respecté en Orient. Cyrus rendit la monarchie si puissante, qu’elle ne pouvait guère manquer de s’accroître sous ses successeurs. Elle se soutint après lui un peu plus de 200 ans. Cambyse, fils de Cyrus, commença à corrompre les mœurs des Perses : présage de la décadence de l’empire. Le dernier roi fut Darius Codoman, défait par Alexandre à la bataille d’Arbelles, et tué ensuite par Bessus. C’est ainsi que finit la monarchie des Perses, qui depuis furent soumis aux Grecs. Pour entendre ce qui l’a perdue, dit un grand historien, il ne faut que comparer les Perses et les successeurs de Cyrus avec les Grecs et leurs généraux, surtout avec Alexandre.

Av. J.-C.

Cyrus 536

Cambyse 529

Smerdis, l’un des mages 523

Darius, fils d’Hystaspe 522

Xerxès le Grand 486

Artaxerxès-Longue-Main 465

Xerxès II 424

Sogdien 425


Av. J.-C.

Darius Nolhus 424

Artaxerxès Mnémon 405

Artaxerxès Ochus 560

Arsès ou Arsames 339

Darius Codoman 330

Alexandre se rend maître de l’empire d’Asie 331

successeurs d’alexandre le grand en perse

Av. J.-C.

Alexandre Eumène 351

Antigone.

Séleucus I Nicanor 312

Antiochus I Soter 282

Av. J.-C.

Antiochus II Deus 252

Ces trois derniers princes sont en même temps rois de Syrie.

__________________________________________

SECOND EMPIRE DES PERSES.

Après la mort d’Alexandre, la Perse ainsi que les autres provinces de la haute Asie, furent gouvernées par ceux à qui ce prince en avait confié l’administration. L’histoire est muette pendant longtemps sur les événements passés en Perse ; et quand elle recommence à faire mention de ce pays, il est sous la domination des Parthes. Il y resta jusqu’en 226, qu’un simple soldat persan (nommé Artaxerxès), qui se prétendait issu des anciens rois de Perse, se révolta contre Artabane, roi des Parthes. Il commença par se rendre maître de la Parthie, et ayant remporté quelques avantages sur Artabane, il le tua dans une bataille. Ainsi ce rebelle rétablit l’empire des Perses, qui subsiste encore aujourd’hui, mais après avoir passé à des princes de différentes nations.

Cet empire eut premièrement 28 rois, depuis Artaxerxès jusqu’à lezdégirdes III, tué par Omar, roi des Sarrasins, qui lui succéda. Les Sarrasins, maîtres de la Perse durant 418 ans, en furent dépossédés, en 1051, par le sultan Gélad-el-Din. Ses successeurs dominèrent jusqu’en 1596, que Tamerlan s’en empara,

  1. (i) C’est ce prince qui a donne son nom à l’Ere de Nabonassar qui fut en usage dans tout l’Orient depuis 747 avant Jésus—Christ.