Page:Ferland - La Gaspésie, 1877.djvu/262

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
262
La Gaspésie

dus aux soins bienveillants du père Doucet, qui, pour nous héberger convenablement, a fait transporter au presbytère une partie des meubles de sa maison.

À peine nous a-t-il introduits dans notre logis, que les principaux citoyens de Bathurst arrivent pour saluer l’Évêque de Sidyme. Parmi eux se trouve le représentant du comté de Gloucester, M. End. Jeune encore, il était employé comme avocat à la cour de Bathurst, lorsqu’aux dernières élections la portion française de la population jeta les yeux sur lui, pour se faire représenter au parlement du Nouveau-Brunswick. Dès la première session à laquelle il assista, il acquit une réputation bien méritée d’habileté et d’éloquence ; comme orateur, il n’a peut-être pas son égal dans la chambre basse de la province. Il s’est jeté dans la faible minorité tory, qui soutient le pouvoir exécutif. Cependant son toryisme est beaucoup