Page:Ferland - Opuscules, 1876.djvu/87

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
87
Le Labrador

abondamment fourni à la cuisine qu’on faisait céans. Mais comment les enfants n’ont-ils pas été lancés à la mer par leur étourderie naturelle, ou par la violence des vents ? c’est ce dont je ne puis me rendre compte. — On m’apprit plus tard que cette famille était une de celles qui en péchant et en chassant descendaient à la rivière Saint-Augustin.

Dans mes promenades, je pus étudier à loisir la botanique du pays. Le règne végétal y offre surtout des éricacées et des plantes alpines, qui croissent dans les fentes des rochers, ou au milieu des couches de la longue mousse grise. Souvent, au fond d’un bassin creusé dans le roc, et dont les parois retiennent les eaux pluviales, s’étend sur un lit de deux ou trois pouces de terre, un riche et mollet tapis, formé par le drosera rotundifolia. Cette plante délicate, dont la teinte rougeâtre contraste avec le beau vert des lycopodes, occupe des