Page:Ferny - Le Secret du manifestant, 1894.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



On le finit.







Parfait ! Ensuite il se rhabille
Et vient demander à rentrer dans sa famille.
Alors, que voyons-nous ? Un prodige nouveau
A nous faire arrondir les deux yeux, — tel un veau.
Lui n’est point fatigué. Ces coups sur son écorce
Paraissent même avoir galvanisé son torse.