Page:Feron - Le manchot de Frontenac, 1926.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

Hélène, en flanc par Juchereau. Celui-ci avait fait allumer un feu de broussailles pour éclairer la scène du combat. Le premier, Cassoulet fondit sur les troupes anglaises, et, armé de sa lourde rapière qui fendait les têtes, tranchait les gorges, avec la longue plume blanche qui flottait à son feutre, il ressemblait. dans cette demi-obscurité rougeâtre, à un ange exterminateur.

La panique se mit bientôt dans les rangs des Anglais qui estimaient le nombre de leurs adversaires beaucoup plus élevé qu’il n’était en réalité. Les Canadiens comptaient cinq cents hommes, tandis que l’ennemi pouvait avoir dix-huit cents combattants. Cette escarmouche dura tout au plus vingt minutes, mais les Anglais y perdirent plusieurs hommes, morts ou blessés, qu’ils emportèrent dans leur fuite. Cassoulet les pourchassa avec quelques Canadiens et fit encore quelques victimes. Mais comme il était à craindre, à cause de l’obscurité, que l’ennemi ne tendit quelque piège, il abandonna la poursuite pour retourner à la ville.

Sainte-Hélène et Juchereau, qui s’était fait casser un bras au cours de l’action, se retranchèrent sur la rivière Saint-Charles pour barrer le chemin de la cité à l’ennemi.

Au moment où s’engageait ce combat, les vaisseaux de l’amiral Phipps rouvraient le feu contre la ville. Une avalanche de fer et de feu tombait sur la cité, lorsque Cassoulet y rentra pour aller rendre compte au gouverneur de sa mission, et pour lui donner le résultat du combat nocturne. Il traversa la ville sous une pluie de boulets de fer, dans une obscurité rayée d’éclairs par le feu des batteries, dans un vacarme effrayant. Il trouva le gouverneur au fort où les batteries françaises répondaient activement au feu de l’ennemi.

— Battus les Anglais ! cria-t-il à Frontenac.

Le gouverneur sourit.

— Bien, dit-il. Lorsque le bombardement aura cessé, ajouta-t-il, je te donnerai des ordres pour Monsieur de Sainte-Hélène.

Comprenant que le gouverneur n’aurait pas besoin de ses services pour une heure ou deux, Cassoulet quitta le fort et prit le chemin de la cathédrale.

La pluie de fer augmentait.

La terre et le ciel tremblaient sous les détonations retentissantes, entre les navires ennemis et le fort Saint-Louis des lueurs aveuglantes comme des éclairs se croisaient, sifflaient, s’entre-choquaient. Au loin les échos des bois et des monts se renvoyaient le fracas des canons. À certains moments le feu était si vif, les détonations se succédaient si rapidement qu’on sentait le sol frémir sans arrêt, et l’on eût pensé que le Cap Diamant oscillait sur ses bases. Parfois un boulet coupait l’espace, sifflait au-dessus de la ville, puis plongeait sur un toit qu’il enfonçait avec un craquement sinistre.

À l’instant où Cassoulet, toujours monté sur sa jument Diane, arrivait près de la cathédrale, un boulet heurtait le clocher dont une partie s’écroula sur la place avec un vacarme terrible. Instinctivement et comme s’il avait redouté d’être atteint par les débris, le lieutenant des gardes arrêta sa monture. Mais au même moment un autre boulait frappait un angle de la cathédrale, ricochait et atteignait la jument de Cassoulet en plein poitrail.

La bête s’écrasa en renâclant avec douleur. Le jeune homme n’eut que le temps de sauter hors des étriers, et il grommela avec humeur :

— Nigaud que je suis… quelle affaire avais-je à m’arrêter par crainte de me voir assommer par un clocher !

Dans l’obscurité profonde qui régnait de toutes parts, car tous les réverbères de la cité avaient été éteints, il entendait les gémissements douloureux de sa monture agonisante. Il demeura là immobile quelques instants. Autour de lui la pluie de fer ne tombait plus, mais elle semblait redoubler sur d’autres points de la ville. Au bout de quelques minutes la bête exhalait le dernier soupir.

— Allons ! murmura Cassoulet avec chagrin, monsieur le gouverneur m’en voudra certainement d’avoir fait tuer une si bonne jument. Il m’en exigera le paiement, et il aura raison, et cela me sera un exemple pour une autre fois. Eh bien ! ajouta-t-il avec un sourire, il y a non loin d’ici une belle jeune fille qui me compensera bien de cette perte ! Allons ! je n’ai que la place à traverser, enfiler la ruelle à gauche et gagner, si je me rappelle bien, une impasse qui se trouve placée à l’arrière du temple.

Et, marchant dans les ténèbres comme s’il se fut trouvé en plein jour, il gagna la ruelle à gauche de la cathédrale et atteignit en moins de cinq minutes une impasse si noire quelle pouvait ressembler à un four.