Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/19

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FATIME.

Eh bien ! ça ne prouve rien du tout, ça, général, ça ne prouve absolument rien !

DUETTO.

OTTOKAR.
––Quoi ! vraiment ?

FATIME.
––Quoi ! vraiment ? Rien du tout !

OTTOKAR.
––Quoi ! vraiment ? Rien du tout ! Cet air-là ?

FATIME.
––Quoi ! vraiment ? Rien du tout ! Cet air-là ? Croyez-moi !

OTTOKAR.
––Ce minois ?

FATIME.
––Ce minois ? Sur l’honneur !

OTTOKAR.
––Ce minois ? Sur l’honneur ! Et ces yeux ?

FATIME.
––Ce minois ? Sur l’honneur ! Et ces yeux ? Sur ma foi !
––––––Tout ça ne prouve rien de rien !

OTTOKAR.
––––––Eh ! bien, c’est bon ! eh ! bien, c’est bien !
I

OTTOKAR.
––––––Donc, pour les mœurs et la tenue.
––––––Ma charmante, à toi le pompon !

FATIME.
––––––Parole, je suis ingénue
––––––Comme un petit, petit poupon !

OTTOKAR.
––––––Et malgré que ta destinée,
––––––Souvent, dans les camps s’écoula ?