Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SOLIMAN.

Va me chercher les coupables, je veux les voir !…


HUZKA.

Vous y tenez ?…


SOLIMAN.

Si j’y tiens !… Huzka, t’es-tu jamais senti dominé ?


HUZKA.

Quelquefois… il y a des natures si dominantes !


SOLIMAN.

Eh ! bien,… je me sens dominé, moi ; cette petite me domine… va !


HUZKA.

Quand je le disais qu’il mollirait.

Il sort.


Scène IV

FATIME, SOLIMAN, OTTOKAK, TAMAHJIN, puis Les Sultanes.



SOLIMAN, seul.

Elle va venir !… Et voilà ma tempête sous un crâne qui recommence !

Entrent Ottokar, Fatime et Tamarjin.


FATIME.
COUPLETS.
I
––––––Ayez pitié de nos alarmes,
––––––Nous nous jetons à vos genoux !
––––––Voyez leurs pleurs, voyez mes larmes,
––––––Grand Soliman, pardonnez-nous !
––––––Par la clémence un prince brille,