Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/93

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


––––––Soyez doux à qui vous trompa !
––––––Ça n’est pas la faute à leur fille,
––––––Ça n’est pas la faute à papa !

OTTOKAK et TAMARJIN.
––––––C’est pas la faute à notre fille !
––––––C’est pas la faute à son papa !

FATIME.
II
––––––Pour être grand comme le monde,
––––––Pour que le globe en soit surpris,
––––––Épargnez cette tête blonde,
––––––Et respectez ces cheveux gris !
––––––C’est le bonheur de sa famille
––––––Que chacun de nous vous devra !
––––––Ça n’est pas la faute,
––––––––––––––Etc., etc.

OTTOKAR.

Grâce, Sire !


TAMARJIN.

Sire, grâce !…


SOLIMAN.

Eh ! bien, oui, je fais grâce… ça n’est pas pour toi, ni pour vous, c’est pour elle !… Elle est charmante ! (À Ottokar.) Ta fille est charmante !… Non ! pas ta fille !… la fille de Tamarjin !… votre fille est charmante !


TAMARJIN.

Vous trouvez, Sire !


SOLIMAN.

Si je trouve ! Mais malgré tout, ça n’est plus la même chose ! j’ai été victime d’une indigne supercherie !… Il y a erreur sur la personne ! Au lieu et place de la fille de mon général vainqueur, la fille d’un Kabyle battu à plate couture !


FATIME.

Ah ! mais, Sire vous manquez de tact !