Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



SOLIMAN.

À la bonne heure !… Il est raisonnablement tendre, ce père-là !… Je ne vous retiens plus, beau-père !…

Il frappe sur le gong.


FATIME.

Qu’est-ce que vous faites là ?


SOLIMAN.

Je sonne !… Ce gong résonne dans la galerie des femmes !… Les sultanes de service vont venir te chercher !


FATIME.

Pourquoi faire ?…


SOLIMAN.

Pourquoi faire ?… Tu vas le voir, mon enfant !… Il nous reste encore quelques petites choses du petit cérémonial…


FATIME.

Ah… mais… ah ! mais… c’est donc sérieux ?…


SOLIMAN.

Si c’est sérieux ?… je me le demande…


TAMARJIN.

Un pacha est toujours sérieux !


OTTOKAR, à part.

Il ne connaît pas la jalousie paternelle ?…

Entrent les sultanes.


CHŒUR.
––––––Ô la plus chère des sultanes,
––––––Viens sans effroi, viens avec nous,
––––––Dans la chambre close aux profanes,
––––––Où te suivra l’heureux époux !

SOLIMAN, parlé.

Si tu veux, maintenant, suivre ces demoiselles, elles vont te conduire dans la chambre nuptiale !