Page:Ferrier - La Marocaine.pdf/97

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



FATIME.

Non !… non !… je ne veux pas suivre ces demoiselles !… C’était bien, ce matin ; maintenant, je n’en veux plus !


SOLIMAN.

Comment !… comment !À ça n’est donc pas pour être ma sultane que tu t’étais substituée à Attalide ?


FATIME.

Si !… un peu !… et aussi pour lui rendre service ! mais j’ai bien changé d’avis là-dessus.


SOLIMAN.

Et quel est ton avis, maintenant ?…


FATIME.

Il y a une petite chanson de mon pays qui vous répondra pour moi !… Écoutez-la bien !…

CHANSON
I
–––––––Au pays, il est un cheik,
–––––––Un cheik riche autant qu’habile,
–––––––Un vieux cheik, maigre et sec,
–––––––Au pays, il est un cheik,
–––––––Très-épris d’une Kabyle
–––––––Qui le tient en échec !…
–––––––« Veux-tu, lui dit-il, mon sabre,
–––––––» Ma cavale qui se cabré,
–––––––» Dromadaires et brebis,
–––––––» Saphirs, perles et rubis ?
–––––––» Par Mahom et sa barbiche,
–––––––» Je suis riche comme un roi,
–––––––» Et je donne tout, ma biche,
–––––––» Tout pour un baiser de toi ! »
–––––––––Nenni, seigneur cheik !
–––––––––Trop de barbe au bec !
––––Quêter un baiser c’est me parler grec !
––––Gardez vos présents, et vous-même avec,
–––––––––Un refus tout sec,
–––––––––Et salamalec !

Tous reprennent.