Page:Fertiault - Les Amoureux du livre, 1877.djvu/60

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
2
LES SONNETS




MAL COUPÉS




CERTE ! il n’eſt pas bibliophile,
L’hôte ſi choyé du château !
Au lieu de prendre le couteau
Et de les bien fendre à la file,

Il raidit ſon doigt, le faufile
Sous les feuillets faiſant manteau,
Force, &, comme avec un rateau.
Les déchiquette & les effile.

Qu’un ignare laboure ainſi
Ses livres, je n’en ai ſouci ;
Mais qu’un poëte ait ce déſordre !…

Je me navre à tels accidents.
— O beau vélin, tu devrais mordre
Tous les doigts qui te font des dents !